Six points de consensus au sommet de la vape


Sommet de la vape

Le 9 mai dernier, au sommet de la vape le discours était limpide: il faut arrêter d’essayer d’asphyxier le marché de la vape et le voir davantage comme un allier dans la lutte anti-tabac.

 

Six points ont fait consensus durant les débats de la journée:

  • En utilisation normale, les émissions de la vape ont une composition 20 fois moins toxique que la fumée de tabac
  • Les produits de la vape, y compris les liquides, sont classés comme des produits de consommation courante. Des normes existent actuellement. Ces exigences de qualité (AFNOR ou autres équivalences) doivent permettre de rassurer les fumeurs désireux de trouver une alternative au tabagisme.
  • La vape a très certainement permis à de très nombreux fumeurs d’arrêter de fumer ou de réduire significativement leur consommation de tabac.
  • L’utilisation d’arôme, la dose adéquate de nicotine et un matériel adapté à chaque fumeur sont les clefs du succès pour remplacer le tabac par la vape.
  • L’e-cigarettes apparaît chez les adolescents plus comme un concurrent du tabac que comme un produit d’initiation et les craintes d’y voir une porte d’entrée massive vers le tabagisme s’estompe en 2016; la vigilance reste cependant de mise.
  • Des études de suivi de cohortes de consommateurs sur le long terme sont nécessaires afin de confirmer les bénéfices du vaporisateur personnel.

sommet de la vape

Trois point font encore débats, liés à la place de la vape dans la société:

  • Les vapoteurs et de nombreux professionnels de santé demandent un signal fort des autorités sanitaires.
  • La publicité directe ou indirecte autour du tabac est unanimement désavouée. Une éventuelle interdiction de publicité généralisé à tous les produits de la vape incluant les boutiques est elle aussi majoritairement désavouée.
  • La réglementation du vapotage dans les lieux publics et de travail apparaît comme  le point le moins consensuel, même si tous reconnaissent l’absence ou quasi absence de risque sanitaire. Cependant, l’obligation d’avoir des espaces de vapotage au sein des lieux de travail proposé par le gouvernement a été rejeté par les parlementaires. Cette disposition doit être réintroduite dans la loi de Santé comme une option possible, mais sans caractère obligatoire.

Même si le sommet de la vape intervient un peu tard, il faut espérer que cela va influencer le gouvernement dans son travail de transposition. Pour l’instant, les changements qui devraient intervenir au 19 mai sont encore floue.

Voici des extraits du sommet:

Pour en savoir plus: “Si l’industrie du tabac récupère la cigarette électronique, elle la tuera”le sommet de la vape: ce qui s’est ditNouvelle loi santé: les vapoteurs français en colère.

 

Please follow and like us:
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *