Le sommet de la vape ce qui s’est dit 2


A l’initiative de J. Haouezec, B. Dautzenberg et Didier Jayle, ce lundi se sont réunis au CNAM de Paris les acteurs du monde de la vape, alors que dans 10 jours la directive européenne va être transposé dans la loi française. Le but de ce sommet était de mettre à plat certaines légendes qui s’étaient créés autour de la cigarette électronique, de donner accès aux nouvelles données scientifiques sur le sujet et de débattre des idées sur lesquelles la communauté de la vape arrive à un consensus.

Beaucoup de médecins étaient présent hier au Cnam de Paris est tous ont tenu un discours similaire. La cigarette électronique n’est pas aussi dangereuse que l’on a bien voulu nous faire croire. Elle a été diabolisée par les médias et les autorités de santé et politique mais les premiers résultats d’études scientifiques montrent que la cigarette électronique reste beaucoup moins toxique que la cigarette traditionnelle.

Pour Jean François Etter, dr es sciences politiques qui nous a parlé de la réduction du risque et de la polémique autour de la cigarette électronique, l’ennemi c’est la combustion. C’est de la combustion du tabac que vient les risques pour la santé des consommateurs or la cigarette électronique apporte quand même la garantie qu’il n’y aura pas de combustion de nicotine. Michael Russel a dit que “les gens fument pour la nicotine mais meurent à cause du goudron”.

Pour Jean François Etter, l’un des produits le plus mortel est moins cher et disponible partout alors que la cigarette électronique qui pourrait être un substitut valable est bannie de l’espace public. Ce qu’il faut pour ce politiste c’est mené une politique de réduction des risques pragmatiques: chercher à atteindre un risque zéro est utopique, les cigarettes électroniques doivent juste devenir plus sûre que la cigarette et des enquêtes de longue durée doivent être menée pour comprendre les effets sur la santé et éliminer les effets les plus néfastes. Il faut mettre fin à la désinformation et donner un message claire et objectif aux consommateurs : nous ne pouvons affirmer que la cigarette électronique est à 100% sûre mais il est certain qu’elle est beaucoup moins dangereuse que la cigarette.

Anne Mcneil, professeur de dépendance au tabac au King’s College de Londres, directrice adjointe du Centre britannique d’études sur le tabac et l’alcool (UKCTAS) un consortium international de 13 universités financées par la UK Clinical Research Collaboration est à l’origine avec son équipe notamment du rapport du Royal College of physician (Nicotine without smoke, Tobacco harm reduction) et d’un rapport remis au gouvernement. Elle affirmé que la nicotine crée un état de dépendance. La dose et la vitesse à laquelle elle va être délivré dans une cigarette vont maximiser l’apport de nicotine tandis qu’avec un patch ou avec les 1ères générations de cigarettes électroniques cet apport se fait plus lentement.

sommet de la vape

Choix entre cigarette et cigarette électronique

Il n’y a pas de preuves que la nicotine soit responsables de cancer alors que la fumée de cigarette est responsable de davantage de maladies. Beaucoup de gens ne le savent pas parce que ce n’est pas une information sur laquelle on a beaucoup communiquer.

Logo Royal College of PhysicianEn Angleterre, entre 2012-2014 les premières études ont été lancé en raison de la popularité croissante de la cigarette électronique. Mais les gens ont commencé à croire que la ecig était plus dangereuse que la cigarette ce qui est faux. Il faut donc davantage expliquer les risques de la cigarette et de la cigarette électronique (Le propylène glycol et la glycérine sont à 95% moins nocive que le tabac).

La cigarette électronique est la forme la plus populaire de substitut chez les adultes au Royaume Uni et le nombre de fumeur diminue régulièrement depuis son apparition. Les jeunes sont aussi très réceptifs à ce substitut ce qui est une bonne chose pour Anne Mcneil.

Cependant il faut bien comprendre que les cigarettes électroniques ne sont pas des baguettes magiques qui permettent d’arrêter de fumer du jour au lendemain. Il y a une période d’expérimentation et le plus important est d’encourager les fumeurs à arrêter le plus rapidement possible de fumer et de vapoter.

Ces recommandations et ces nouvelles données vont être prise en compte par le gouvernement.

En ce qui concerne la transposition de la directive tabac européenne au Royaume-Uni, le gouvernement a essayé de minimiser l’impact sur les fabricants de cigarettes électroniques et sur toutes les industries du secteur. Pour Anne Mcneil il est important de mettre en place une bonne réglementation mais il faut éviter une régulation abusive comme aux Etats-Unis.

Pour Marie-France Corre, Ingénieur de formation et consultante indépendante à l’INC (institut national de la consommation) depuis 2006 après 17 ans passés à la direction des tests de l’UFC-QUE CHOISIR, les Informations sont très important pour le consommateur car la cigarette électronique est bénéfique si on sait comment s’en servir, si on a les bonnes informations. Il y a bien une obligation d’information sur les produits mais actuellement il y a un peu trop d’information autour de la cigarette électronique et pas toujours harmoniser selon les sources. Il y a beaucoup trop Informations contre -productives.

Le rapport de l’INC a donné lieu à des travaux de normalisation :

  • L’information est obligatoire oui mais pas harmoniser. Du coup un accès à l’étiquette sur les sites de vente en ligne est plus intéressant. Il est important d’harmoniser les informations sur les produits.
  • L’organisation en communauté pour les cigarettes électroniques est un atout mais là encore il y a parfois beaucoup trop d’information. Cela reste un moyen d’éducation aux produits par la communauté. Les Forum sont très utile. Les fumeurs ont intériorisé un regard méfiant sur l’e-cigarette et le dialogue avec des utilisateurs avertis pourraient les aider à changer de regards sur la cigarette électronique.

Globalement le message relayé a été le même tout au long de la journée, la cigarette électronique n’est pas aussi dangereuse que ce qu’on bien voulu faire croire et aujourd’hui il existe des donnés scientifique attestant que la cigarette électronique est beaucoup moins toxique qu’une cigarette. Les chiffres montrent que pour l’instant les autorités n’ont aucune raison de croire que ce serait une porte d’entrée vers la cigarette pour les jeunes bien au contraire cela pourrait les en détourner.

Une réglementation adaptée qui serait bénéfique aux consommateurs et qui n’empêcherait pas le marché de se développer voilà ce que demande le monde de la vape. Bien que Marisol Touraine n’ait pas fait le déplacement, les acteurs de ce 1er sommet de la vape espèrent que leur message sera entendu par les législateurs qui s’apprêtent à rédiger la loi transposant la directive européenne dans la loi française.

Pour en savoir plus: programme du sommet de la vapeLa directive tabac européenne au Royaume-UniLe Royal College of Physician anglais favorable à la promotion de la e-cigaretteLe Haut Conseil de la Santé Publique a actualisé sa position sur la e-cigaretteCigarette électronique, l’Europe impose des restrictions : quels changements ?(TF1 LCI)

Please follow and like us:
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Le sommet de la vape ce qui s’est dit